SUBSCRIBE TODAY!
Subscribing entitles a reader to complete stories on all topics released as they happen, special features, confidential documents and access to the complete, searchable story archive online back to 2004.
IP-Watch Summer Interns

IP-Watch interns talk about their Geneva experience in summer 2013. 2:42.

Inside Views

Submit ideas to info [at] ip-watch [dot] ch!

We welcome your participation in article and blog comment threads, and other discussion forums, where we encourage you to analyse and react to the content available on the Intellectual Property Watch website.

By participating in discussions or reader forums, or by submitting opinion pieces or comments to articles, blogs, reviews or multimedia features, you are consenting to these rules.

1. You agree that you are fully responsible for the content that you post. You will not knowingly post content that violates the copyright, trademark, patent or other intellectual property right of any third party or which you know is under a confidentiality obligation preventing its publication and that you will request removal of the same should you discover that you have violated this provision. Likewise, you may not post content that is libelous, defamatory, obscene, abusive, that violates a third party's right to privacy, that otherwise violates any applicable local, state, national or international law, that amounts to spamming or that is otherwise inappropriate. You may not post content that degrades others on the basis of gender, race, class, ethnicity, national origin, religion, sexual preference, disability or other classification. Epithets and other language intended to intimidate or to incite violence are also prohibited. Furthermore, you may not impersonate others.

2. You understand and agree that Intellectual Property Watch is not responsible for any content posted by you or third parties. You further understand that IP Watch does not monitor the content posted. Nevertheless, IP Watch may monitor the any user-generated content as it chooses and reserves the right to remove, edit or otherwise alter content that it deems inappropriate for any reason whatever without consent nor notice. We further reserve the right, in our sole discretion, to remove a user's privilege to post content on our site. IP Watch is not in any manner endorsing the content of the discussion forums and cannot and will not vouch for its reliability or otherwise accept liability for it.

3. By submitting any contribution to IP Watch, you warrant that your contribution is your own original work and that you have the right to make it available to IP Watch for all purposes and you agree to indemnify IP Watch, its directors, employees and agents against all damages, legal fees and others expenses that may be incurred by IP Watch as a result of your breach of warranty or of these terms.

4. You further agree not to publish any personal information about yourself or anyone else (for example telephone number or home address). If you add a comment to a blog, be aware that your email address will be apparent.

5. IP Watch will not be liable for any loss including but not limited to the following (whether such losses are foreseen, known or otherwise): loss of data, loss of revenue or anticipated profit, loss of business, loss of opportunity, loss of goodwill or injury to reputation, losses suffered by third parties, any indirect, consequential or exemplary damages.

6. You understand and agree that the discussion forums are to be used only for non-commercial purposes. You may not solicit funds, promote commercial entities or otherwise engage in commercial activity in our discussion forums.

7. You acknowledge and agree that you use and/or rely on any information obtained through the discussion forums at your own risk.

8. For any content that you post, you hereby grant to IP Watch the royalty-free, irrevocable, perpetual, exclusive and fully sub-licensable license to use, reproduce, modify, adapt, publish, translate, create derivative works from, distribute, perform and display such content in whole or in part, world-wide and to incorporate it in other works, in any form, media or technology now known or later developed.

9. These terms and your posts and contributions shall be governed and interpreted in accordance with the laws of Switzerland (without giving effect to conflict of laws principles thereof) and any dispute exclusively settled by the Courts of the Canton of Geneva.

Analysis: Monkey In The Middle Of Selfie Copyright Dispute

The recent case of a monkey selfie that went viral on the web raised thorny issues of ownership between a (human) photographer and Wikimedia. Two attorneys from Morrison & Foerster sort out the relevant copyright law.


Latest Comments
  • A VPN is a virtual private network, which generall... »
  • Interesting case. I would have hoped for more ela... »

  • For IPW Subscribers

    A directory of IP delegates in Geneva. Read more>

    A guide to Geneva-based public health and intellectual property organisations. Read More >


    Monthly Reporter

    The Intellectual Property Watch Monthly Reporter, published from 2004 to January 2011, is a 16-page monthly selection of the most important, updated stories and features, plus the People and News Briefs columns.

    The Intellectual Property Watch Monthly Reporter is available in an online archive on the IP-Watch website, available for IP-Watch Subscribers.

    Access the Monthly Reporter Archive >

    Débat sur les politiques en matière de cartographie des brevets appliqués aux sciences de la vie

    Published on 28 April 2008 @ 3:36 pm

    By , Intellectual Property Watch

    Kaitlin Mara
    Il est aussi important que compliqué d’avoir accès à des données de qualité sur les politiques menées en matière de propriété intellectuelle appliquée aux sciences de la vie. Telle est la conclusion d’une récente réunion d’experts techniques relative aux difficultés rencontrées dans le domaine des brevets appliqués aux innovations en matière de technologies médicales, agricoles ou biologiques.

    Selon Anthony Taubman, chef de la Division des questions mondiales de propriété intellectuelle de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), les brevets appliqués aux sciences de la vie font partie des « principaux débats d’actualité », tout comme l’agriculture et la sécurité alimentaire, la santé publique et les produits pharmaceutiques, et la protection de l’environnement.

    Shakeel Bhatti, Secrétaire de l’Organe directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, a fait état des troubles sociaux qui éclatent un peu partout dans le monde pour le maintien des denrées alimentaires de base à des prix abordables. Selon lui, les efforts accomplis pour tirer le prix des produits alimentaires vers le bas en garantissant l’accès à une grande variété de ressources phytogénétiques sont accentués par l’importance capitale accordée à la sécurité alimentaire. Ce traité met en place une réserve génétique mondiale composée des principales cultures vivrières qui seront accessibles à chacun et propose des solutions pour parvenir à des accords types de transfert de matériel.

    L’accès aux médicaments est également au centre des discussions. Selon Precious Matsoso, Directrice du Département de la coopération technique pour les médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accès à une information actualisée et précise « sur le statut des brevets des médicaments essentiels » est souvent limitée dans les pays en développement. Par conséquent, pourvoir aux besoins en termes de santé publique devient difficile.

    Parmi les thèmes abordés à plusieurs reprises lors du colloque sur les politiques publiques en matière de brevets applicables aux sciences de la vie, qui s’est tenu à l’OMPI du 7 au 8 avril, on peut citer la difficulté de trouver des informations complètes et actualisées, disponibles sous des formats facilement accessibles, et la complexité d’un système de brevets de plus en plus multilingue et multilatéral.

    Une cartographie de brevets est un recueil de données relatives à la propriété, aux revendications et à la validité des brevets appliqués à une technologie particulière ou aux éléments d’une technologie. Un tel outil présente plusieurs grandes difficultés, parmi lesquelles la mise à jour permanente de la cartographie malgré le dynamisme du système des brevets, la variabilité de l’accès à l’information dans les différentes parties du monde et la possibilité pour un déposant de demande de brevet malhonnête d’utiliser délibérément un langage ambigu dans ses revendications, de sorte que l’information devienne difficile à trouver pour les examinateurs de brevets débordés ou les groupes de recherche d’intérêt public ne disposant pas des moyens nécessaires pour analyser les données.

    Quels sont les éléments de la cartographie des brevets ?

    D’une manière générale, les participants au colloque étaient d’accord sur la nécessité d’acquérir des données précises et complètes sur les brevets. Cependant, les éléments constitutifs d’une cartographie intégrale des brevets ont fait l’objet de débats, tout comme la meilleure manière d’organiser et d’analyser les données.

    Lorsque l’on aborde le thème de la cartographie des brevets, « tout devient très confus », a déclaré Edward Hammond, ancien directeur du Projet Sunshine et de la fondation RAFI (Rural Advancement Foundation International), pour l’amélioration de la biodiversité agricole. Selon lui, la cartographie des brevets doit être compréhensible par des personnes qui ne sont pas spécialistes du droit des brevets, comme les pédologues ou les docteurs en médecine, soit des professionnels qui ont des connaissances techniques mais qui ne sont pas familiarisés avec le domaine de la propriété intellectuelle.

    Victoria Henson-Apollonio, du service consultatif central en matière de propriété intellectuelle du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), a fait remarquer que l’analyse de l’information dans une base de données sur les brevets n’intéresse que les décideurs.

    En citant l’exemple bien connu du haricot « Enola », breveté par un certain Larry Proctor qui avait obtenu ce haricot d’un jaune particulier grâce à un processus de sélection génétique, elle a souligné la difficulté de trouver une référence commune sur l’état de la technique dans ce domaine étant donné l’absence de normes de couleurs en phytogénétique. Les revendications de ce brevet recouvrent tous les haricots communs « entièrement jaunes », en prenant pour référence l’Atlas des couleurs de Munsell qui, selon Mme Henson-Apollonio, n’est pas utilisé par la majorité des phytogénéticiens. Dans la mesure du possible, il faudrait également inclure la « littérature grise » (tout document imprimé ou dactylographié qui n’est pas publié de manière officielle, comme les documents de travail des enseignants, les bulletins d’information, les brochures, les instructions gouvernementales, le contenu des blogs ou les guides d’entreprise) dans les bases de données utilisées par les examinateurs de brevets, a-t-elle ajouté.

    Selon Kerry Fluhr, experte en propriété intellectuelle au Centre pour l’application de la biologie moléculaire à l’agriculture internationale (CAMBIA), il reste à choisir entre une cartographie des brevets large et simplifiée, qui pourrait être utilisée par les décideurs mais dans laquelle manqueraient certains détails techniques, et une cartographie très poussée, précise et technique, que seul un petit nombre d’initiés pourrait déchiffrer.

    Des cartographies actualisées et complètes

    Pour Ben Prickril, de la PIIPA (Public Interest Intellectual Property Advisors), les principaux défis consistent à mettre régulièrement à jour la cartographie des brevets et à fournir des indications pratiques aux gouvernements, aux professionnels de la recherche et de la santé ainsi qu’aux organisations de la société civile en cas de pandémie. Mr Prickril a également mentionné les efforts de la PIIPA pour établir une cartographie des brevets dans le domaine de la grippe aviaire.

    Tahir Amin, de la Harvard Medical School, a repris cette idée en précisant que la cartographie des brevets devient rapidement obsolète. En outre, selon lui, il est très difficile pour de nombreux pays de savoir où trouver les informations recherchées.

    Même lorsque ces informations ont été dénichées, il est souvent compliqué d’y faire le tri pour trouver ce que l’on cherche. Mme Fluhr a présenté une solution pour parvenir à une cartographie des brevets efficace : l’outil de recherche PatentLens. Cet outil est doté d’un système nommé BLAST qui permet d’aligner les séquences de nucléotides d’un génome et les brevets ou demandes de brevets correspondants. L’objectif de CAMBIA est de « confronter les idées aux faits, d’accroître l’efficacité de l’innovation et de transformer l’information en connaissance », a-t-elle expliqué.

    CAMBIA a entrepris une analyse du génome du riz, qui montre l’importance de disposer d’une cartographie des brevets complète. Une fois la cartographie effectuée, CAMBIA a découvert que seulement 0,26 % de ce génome faisait l’objet de brevets accordés aux États-Unis, soit beaucoup moins que le génome humain qui est breveté à hauteur de 20 % et également moins que ce à quoi l’organisation s’attendait avant de mener cette étude. Le chiffre de 20 % est le résultat d’un rapport co-rédigé par Kyle Jensen de la Ressource publique de propriété intellectuelle pour l’agriculture (PIPRA), qui s’est également exprimé lors du colloque.

    Cependant, ces résultats sont à prendre avec précaution. En effet, 74 % du génome du riz font l’objet de demandes de brevets aux États-Unis. Néanmoins, selon Mme Fuhr, la majorité d’entre elles s’applique à des séquences entières de nucléotides, dont une grande partie est soumise à des demandes provisoires faites par des chercheurs qui devront par la suite préciser leurs revendications.

    Dans l’assistance, une personne a exprimé sa crainte que les examinateurs de brevets américains appliquent des critères plus sélectifs. En effet, les revendications portant sur des séquences entières poseraient alors un problème dans les pays en développement qui manquent de moyens pour examiner les demandes de brevets et où les offices pourraient tout accepter.

    Toujours en référence à l’affaire du haricot « Enola », M. Hammond a déclaré qu’il était risqué de considérer que les demandes de brevet à portée étendue se précisent forcément au cours du processus d’approbation. Selon lui, en voyant le brevet du haricot « Enola », n’importe qui aurait pensé qu’aucun examinateur n’accepterait de délivrer un brevet portant sur tous les haricots de couleur jaune. Pourtant, c’est arrivé !

    Cette idée a été reprise par Pascale Boulet, de Médecins Sans Frontières, qui a ajouté que les difficultés liées à la recherche de brevets pourraient aggraver la situation. En règle générale, les brevets sont considérés comme valables jusqu’à preuve du contraire, a-t-elle expliqué. Dans de nombreux pays en développement qui n’ont pas les moyens de connaître l’état de la technique, cela peut poser un réel problème de politique publique. De plus, le « décompte des brevets » ne peut pas être assimilé à de l’innovation, a-t-elle conclu.

    Difficultés liées à la collecte de données et diversification de l’utilisation du système des brevets

    Malgré l’apparente augmentation des dépôts de brevets, « le taux de croissance n’est que de 4 % environ », a révélé William Meredith, chef de la Section de l’information en matière de brevets et des statistiques de propriété industrielle de l’OMPI. Ce chiffre n’est pas surprenant étant donné la situation du PIB et des échanges commerciaux. Ce que l’on constate, a-t-il affirmé, « c’est une diversification de l’utilisation du système des brevets ». Actuellement, les offices de brevets américain, japonais et chinois sont en tête des dépôts, suivis par l’Office coréen et l’Office européen des brevets. La diversité croissante des pays à l’origine de demandes de brevets et des langues dans lesquelles celles-ci sont déposées complique considérablement la recherche et la cartographie des brevets.

    Selon M. Meredith, le service de recherche de l’OMPI, Patentscope, regroupe les informations de plus de 30 offices de brevets et prévoit d’en intégrer d’autres, notamment celles des offices d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Un projet de traduction se dessine également, car la recherche par mots-clés en anglais uniquement exclut environ 35 % de la base de données. D’autres difficultés sont liées aux ambiguïtés que peut comporter la recherche par mots-clés (par exemple, le mot « virus » peut aussi bien faire référence à la santé humaine qu’aux problèmes informatiques), aux différences sémantiques et à la complexité délibérée des revendications.

    Une question a également été soulevée : celle de savoir si la distinction entre la propriété publique et privée d’un brevet suggère à tort que les données appartenant, par exemple, à une université sont plus susceptibles de parvenir au grand public que celles détenues par une entreprise. Or, selon M. Jensen, l’absence de mesures incitant à la commercialisation dans le secteur public implique que la propriété intellectuelle détenue par le secteur privé se retrouve entre les mains du grand public plus tôt.

    Pour Pierre Roger, chargé des questions de propriété intellectuelle à Limagrain, une entreprise française de semences, bien que certains outils permettent de trouver des informations sur les brevets, la qualité, la fiabilité et le coût d’accès à ces données sont très variables. En effet, même les portails d’information les plus importants ont leurs défauts, a reconnu Fred Abbott, professeur de droit international au University College of Law de Floride. L’Orange Book, outil de l’organisme américain de surveillance des aliments et des médicaments qui répertorie les brevets sur les médicaments autorisés, « est une source inestimable de pistes de recherches », a illustré M. Abbott. Malgré tout, on n’y trouve pas suffisamment d’informations sur les médicaments brevetés hors des États-Unis.

    L’enchevêtrement des brevets appliqués aux sciences de la vie en général est un autre problème. Selon M. Roger, la jungle des brevets portant sur les variétés de plantes est particulièrement complexe. En effet, plusieurs brevets peuvent s’appliquer à une variété végétale, notamment sur les techniques de laboratoires utilisées pour la mettre au point (comme le marqueur moléculaire, l’extraction d’ADN et le clonage), sur les composés génétiquement modifiés, sur l’emploi de processus microbiologiques tels que l’agrobactérium, et enfin sur le produit lui-même.

    Il n’existe pas de « vrais vaccins génériques », a expliqué Martin Friede de l’initiative de l’OMS pour la recherche sur les vaccins, la recherche et le développement de produits, la vaccination et les produits biologiques. Effectivement, les équivalents des vaccins sont difficiles à déterminer et nécessitent à chaque fois des essais cliniques. L’ensemble des brevets portant sur un seul vaccin peut être incroyablement complexe car ces brevets, détenus par différents acteurs, peuvent recouper plusieurs domaines des sciences de la vie. Pour un seul vaccin, les brevets peuvent porter sur l’antigène nécessaire pour déclencher la réaction immunitaire appropriée ainsi que sa séquence d’ADN et son expression propre, sur l’adjuvant employé pour aider le patient à réagir à l’antigène, sur l’excipient (qui est la substance dans laquelle se trouvent l’antigène et l’adjuvant), sur le vaccin lui-même et, enfin, sur le mode d’administration.

    Selon Mme Henson-Apollonio, la complexité de certaines cartographies de brevets les rend « inintelligibles et effraie» ceux qui tentent de travailler de manière fonctionnelle dans le domaine des brevets appliqués aux sciences de la vie. L’un des grands défis à relever est de rendre la recherche de brevets compréhensible pour un public plus large, a-t-elle déclaré par la suite, et le lecteur moyen du magazine scientifique Nature doit pouvoir s’y intéresser et comprendre le monde des brevets.

    Voir au-delà de la cartographie des brevets

    Les décideurs « sont contraints de considérer la cartographie des brevets comme quelque chose de peu fiable », a expliqué Corrina Moucheraud Vickery, du programme de santé mondiale et d’accès aux technologies de Duke University, suggérant ensuite qu’une augmentation des divulgations et davantage de transparence au sein du système pourraient arranger les choses. Mme Moucheraud Vickery a également soulevé l’idée de la mise en place d’une entente technologique, projet qui, a-t-elle reconnu, nécessiterait un bouleversement de l’image que les gens ont des droits sur les innovations dans le domaine des sciences de la vie. Selon elle, une telle entente représenterait bien plus qu’une « communauté de brevets », car la propriété intellectuelle est un vaste domaine. En outre, le projet pourrait donner lieu à des financements, à des récompenses, à des accords de marché anticipés pour les innovations importantes ou encore à des primes pour inciter les inventeurs à s’y investir.

    Le processus de mise en application du Traité international sur les ressources phytogénétiques inclut la création d’un ensemble d’outils permettant le transfert normalisé de matériel génétique et d’un portail en ligne qui facilitera les transferts, a précisé M. Bhatti.

    L’OMPI et la cartographie des brevets

    Selon M. Taubman, le budget récemment adopté par l’OMPI (Intellectual Property Watch, WIPO, 1er avril 2008) requiert un examen de la question de la cartographie des brevets appliqués aux sciences de la vie et ce colloque constitue le point de départ d’un futur travail sur le sujet.

    Parmi les participants à cette rencontre se trouvaient également Maria Jose Amstalden Sampaio, chargée des politiques et des affaires gouvernementales à EMBRAPA (entreprise brésilienne de recherche agro-alimentaire), qui a abordé le thème de la cartographie de brevets portant sur les graines de soja ; Thomas Cottier du World Trade Institute, qui s’est exprimé sur les questions de méthodologie liées à la cartographie ; Muriel Lightbourne, universitaire associée à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, qui a évoqué le Traité international sur les ressources phytogénétiques ; Raj Hirwani, de l’unité de recherche et développement sur les produits documentaires (URDIP) en Inde, qui a présenté les résultats d’un long rapport sur la cartographie des brevets portant sur plusieurs maladies négligées et Paul Oldham, du Centre des aspects socio-économiques de la génomique du Conseil de la recherche économique et sociale, qui a traité de la biodiversité, du biopiratage et des savoirs traditionnels au sein du système des brevets.

     


    Leave a Reply

    We welcome your participation in article and blog comment threads, and other discussion forums, where we encourage you to analyse and react to the content available on the Intellectual Property Watch website. By participating in discussions or reader forums, or by submitting opinion pieces or comments to articles, blogs, reviews or multimedia features, you are consenting to these rules.

    We welcome your participation in article and blog comment threads, and other discussion forums, where we encourage you to analyse and react to the content available on the Intellectual Property Watch website.

    By participating in discussions or reader forums, or by submitting opinion pieces or comments to articles, blogs, reviews or multimedia features, you are consenting to these rules.

    1. You agree that you are fully responsible for the content that you post. You will not knowingly post content that violates the copyright, trademark, patent or other intellectual property right of any third party or which you know is under a confidentiality obligation preventing its publication and that you will request removal of the same should you discover that you have violated this provision. Likewise, you may not post content that is libelous, defamatory, obscene, abusive, that violates a third party's right to privacy, that otherwise violates any applicable local, state, national or international law, that amounts to spamming or that is otherwise inappropriate. You may not post content that degrades others on the basis of gender, race, class, ethnicity, national origin, religion, sexual preference, disability or other classification. Epithets and other language intended to intimidate or to incite violence are also prohibited. Furthermore, you may not impersonate others.

    2. You understand and agree that Intellectual Property Watch is not responsible for any content posted by you or third parties. You further understand that IP Watch does not monitor the content posted. Nevertheless, IP Watch may monitor the any user-generated content as it chooses and reserves the right to remove, edit or otherwise alter content that it deems inappropriate for any reason whatever without consent nor notice. We further reserve the right, in our sole discretion, to remove a user's privilege to post content on our site. IP Watch is not in any manner endorsing the content of the discussion forums and cannot and will not vouch for its reliability or otherwise accept liability for it.

    3. By submitting any contribution to IP Watch, you warrant that your contribution is your own original work and that you have the right to make it available to IP Watch for all purposes and you agree to indemnify IP Watch, its directors, employees and agents against all damages, legal fees and others expenses that may be incurred by IP Watch as a result of your breach of warranty or of these terms.

    4. You further agree not to publish any personal information about yourself or anyone else (for example telephone number or home address). If you add a comment to a blog, be aware that your email address will be apparent.

    5. IP Watch will not be liable for any loss including but not limited to the following (whether such losses are foreseen, known or otherwise): loss of data, loss of revenue or anticipated profit, loss of business, loss of opportunity, loss of goodwill or injury to reputation, losses suffered by third parties, any indirect, consequential or exemplary damages.

    6. You understand and agree that the discussion forums are to be used only for non-commercial purposes. You may not solicit funds, promote commercial entities or otherwise engage in commercial activity in our discussion forums.

    7. You acknowledge and agree that you use and/or rely on any information obtained through the discussion forums at your own risk.

    8. For any content that you post, you hereby grant to IP Watch the royalty-free, irrevocable, perpetual, exclusive and fully sub-licensable license to use, reproduce, modify, adapt, publish, translate, create derivative works from, distribute, perform and display such content in whole or in part, world-wide and to incorporate it in other works, in any form, media or technology now known or later developed.

    9. These terms and your posts and contributions shall be governed and interpreted in accordance with the laws of Switzerland (without giving effect to conflict of laws principles thereof) and any dispute exclusively settled by the Courts of the Canton of Geneva.

     

     
    Your IP address is 54.196.194.141